L’APPRENTI SORCIER

Le spectacle est issu d’un texte de Sybille Wilson

 

Quand petits et grands jouent à l’apprenti sorcier ! Un concert ludique avec les 80 musiciens de l’ONPL. L’orchestre invite les parents à devenir apprentis et les enfants à se transformer en sorciers le temps d’un jeu autour de l’orchestre animé par Maureen Dor ! Qui en sortira vainqueur ?
L’ histoire  La musique de Paul Dukas raconte l’histoire d’un jeune apprenti sorcier qui essaie d’utiliser un balai magique pour effectuer à sa place les tâches ménagères. Qui n’a jamais rêvé d’une formule magique pour ranger sa chambre ? Mais la magie ça s’apprend, notre héros manque d’expérience et son balai va devenir incontrôlable ! En un seul mouvement, Dukas décrit merveilleusement l’histoire, évoque chaque instant du conte avec un talent inouï qui transporte l’auditeur au milieu du déluge et le place aux premières loges, dans la cabane du sorcier. Le scherzo de L’Apprenti sorcier reste la partie la plus célèbre. Elle doit probablement une très grande part de sa popularité au fait qu’elle fournit le thème d’une des séquences du dessin animé Fantasia de Walt Disney (qui date de 1940) et dans lequel le rôle de l’apprenti sorcier est dévolu à Mickey Mouse.

L’HISTOIRE DU SOLDAT

Avec Rodolphe Poulain (en remplacement de Eric Berger), Thierry Lopez, Pierre Rochefort, collaboration artistique Caroline Gonce, Ensemble instrumental de sept musiciens de l’Orchestre National des Pays de La Loire : Julien Szulman (violon solo), Marie-Noëlle Gleizes (contrebasse), Sabrina Moulaï (clarinette), Gaëlle Habert (basson), Maxime Fasquel (cornet solo), Jean-Sébastien Scotton (trombone), Nicolas Dunesme (percussions), Interprétation de la chorégraphie par les étudiants de l’école supérieure du CNDC (promotion 16/18), création lumière Roberto Venturi, costumes Sarah Leterrier, création vidéo Wilfried Thierry.

 

D’inspiration faustienne mais pour tous les âges, L’Histoire du Soldat d’Igor Stravinski et de Charles-Ferdinand Ramuz est un petit théâtre ambulant simple et lumineux, mêlant musique,théâtre parlé, danse et mime. Une sorte d’opéra sans chanteurs…

 

En 1914, Igor Stravinski s’installe en Suisse, quand la guerre éclate entre la France et l’Allemagne. Il rencontre le poète Charles-Ferdinand Ramuz en 1915 et quand en 1917 la révolution éclate en Russie, il comprend qu’il ne pourra plus rentrer chez lui. Il imagine alors, avec Ramuz, un spectacle coûtant moins cher qu’un opéra mais lui permettant de poursuivre ses travaux. Ramuz écrit l’histoire en s’inspirant du conte russe Le déserteur et le diable.

Cette pièce écrite pour un récitant (trois personnages : le soldat, le Diable et la princesse) et sept instrumentistes a été créée à Lausanne en 1918 et marque la naissance du théâtre musical au 20e siècle. Un soldat pauvre vend son âme (représentée par un violon) au Diable contre un livre qui prédit l’avenir. Après un séjour offert par le Diable, qui au lieu de durer trois jours durera trois ans, le soldat revient dans son village où personne ne le reconnaît. Il utilise alors le livre pour devenir riche, mais incapable d’être heureux avec sa fortune il joue aux cartes contre le Diable, et met en jeu tout son argent pour se réapproprier son violon. Malicieux, le Diable le laisse récupérer son âme et s’enfuir. Au terme de son voyage, il parvient dans un royaume où une princesse atteinte d’une grave maladie est promise en mariage par son père le Roi à qui saura la guérir. Heureux vainqueur de cette épreuve, le soldat épousera la princesse qui, malheureusement curieuse, cherchera à connaître son passé. Forcé de quitter le royaume, le soldat sera emporté par le Diable…

 

C’est à ce petit conte savamment naïf, onguent de fraîcheur, de malice et d’humour que nous convie Frédéric Bélier-Garcia, avec l’ensemble instrumental de sept musiciens de l’Orchestre National des Pays de la Loire, placés sous la direction de Dylan Corlay, et les étudiants de l’École supérieure du CND C sur une chorégraphie originale de Robert Swinston. « L’ouvrage entrelace éloquence de cirque, danses à la mode (paso-doble, tango, valse, ragtime), déguisement de pacotille. Ni cantate, ni opéra. Pas de chant… musique et récit se relaient pour raconter : l’amour, l’ambition, l’argent, la légèreté, la gravité et toutes les culbutes de la vie. Ici la musique et le théâtre font école buissonnière, s’amusant de l’usage imprévu de chaque instrument, de la causticité des timbres, des rebondissements d’un récit merveilleux et populaire. L’Histoire du Soldat est le mariage miraculeux de la virtuosité et la désinvolture qui entraîne notre âme et nos humeurs dans ses rebonds imprévisibles. »

 

Coproduction : Le Quai – CDN – Angers Pays de la Loire et Orchestre National des Pays de la Loire
Avec la participation du CNDC

CINÉ CONCERT CARMEN

L’ONPL vous propose en Ciné-concert deux versions de la célèbre histoire de Carmen, l’ensorcelante gitane de laquelle Don José tombe amoureux jusqu’à l’obsession. En 1915, Cecil B. DeMille voulait adapter l’opéra de Bizet au cinéma. Mais les héritiers du compositeur en demandaient une somme si considérable qu’il les contourna en s’inspirant directement de la nouvelle originelle de Prosper Mérimée. La particularité de ce film tient au clin d’oeil que le réalisateur fait à l’Opéra puisqu’il confie le rôle principal à la cantatrice Geraldine Farrar, immense star de l’époque, qui avait incarné Carmen plusieurs fois à la scène. Sous la baguette de Timothy Brock, les musiciens de l’Orchestre National des Pays de la
Loire vous feront vivre en direct, au pied de l’écran, l’histoire de la provocante et séduisante Carmen, tiraillée entre son
amour pour le toréador Escamillo et son sauveur Don José. Ce film dévoile un monde bouillonnant de vie, où l’amour et
ses ravages naissent et meurent sous le ciel de Séville. En complément de ce ciné-concert, le chef canadien a écrit la partition qui accompagne Charlot joue Carmen, une parodie de l’opéra de Bizet réalisée par Charlie Chaplin en réponse au film de Cecil B. DeMille. Le dénouement de la célèbre histoire de Mérimée est ici quelque peu réinterprété… Une expérience visuelle et musicale sans pareil !

 

 

Téléchargez le programme détaillé de ces concerts

 

 

LES PERCUSSIONS EN AVANT CONCERT

Avant les concerts Mille et une nuits, offrez-vous une mise en bouche avec cet avant concert qui mettra les percussions de l’ONPL à l’honneur. Trois musiciens de l’orchestre interprèteront Musique de tables de T. de Mey, Metavita de Casey Cangelosi, Circles : Sacrament de Brendan Faegre et Rain tree de Toru Takemitsu. Réservez vos places et profitez d’une pause musicale à tarif exceptionnel. Ces concerts sont ouverts à tous…

 

RÉJOUISSANCES / CONCERT DU NOUVEL AN

Pour ces concerts du Nouvel an, après les joviales et poétiques Danses slaves de Dvorak, vous retrouverez toute l’élégance de la violoncelliste Tanja Tetzlaff dans les Variations sur un thème rococo de Tchaïkovski avant de vous laissez séduire par l’univers enjoué d’Offenbach, inventeur de l’opéra-bouffe, avec l’Ouverture d’Orphée aux enfers. De même, sur fond de valse et de polka, la musique de Strauss est un délice de chaque instant.  Le galop de Lumbye, le Strauss du Nord, décrit le fonctionnement avec fracas des premières locomotives. Ce concert, voyage plein de contrastes, de couleurs et de lyrisme vous plongera dans l’atmosphère fantastique de John Williams, grand maître de la partition hollywoodienne qui a composé la musique de Harry Potter. Une musique reconnaissable dès ses premières notes et qu’on peut entendre en préambule de l’opus initial, Harry Potter à l’école des sorciers (2001). À la tête de l’Orchestre National des Pays de la Loire, Karen Kamensek fait revivre ces pépites symphoniques dont la simple écoute vous emmènera de la Bohême à Saint-Pétersbourg et de Vienne à Hollywood. Une belle façon de fêter 2017 !

 

 

Télécharger le programme de ces concerts

 

 

PAYSAGES POÉTIQUES / Chorégraphie sur la musique de Dutilleux

Henri Dutilleux est mort en 2013, laissant une oeuvre considérable. Le chorégraphe américain Robert Swinston et le directeur musical de l’ONPL, Pascal Rophé lui rendent hommage en interprétant trois de ses partitions majeures comme autant d’évocations des « métamorphoses et cycles de la vie ».

Disparu voilà trois ans déjà, Henri Dutilleux aurait été centenaire cette année et sa musique n’a jamais été aussi actuelle — en témoigne ce spectacle chorégraphique imaginé par Robert Swinston, autour de trois œuvres fondatrices du compositeur. Swinston se nourrit des « paysages poétiques et les harmonies sensuelles qui se dégagent de la musique d’Henri Dutilleux ». Les atmosphères et la construction musicale des trois pièces choisies l’ont mené au mythe de Perséphone et aux nombreuses œuvres littéraires et picturales qu’il a inspirées.  Les concepts de métamorphoses et cycles de la vie sont au cœur de ce triptyque à la portée métaphysique.

 

 

Concert Étudiants à 2€

Un concert symphonique au Stadium Pierre Quinon –  Campus du Tertre à Nantes / Entrée 19, boulevard Guy Mollet (en face de la station Total)

 

Ce concert sera présenté par le musicologue Nicolas DUFETEL

 

Avec Quatre interludes marins, Britten nous transporte dans un petit port de pêche du Suffolk, de l’aube à la nuit, aux sons des vagues, des cloches d’églises et d’une puissante tempête.

Génie de l’écriture pour orchestre disparu en mai 2013, Henri Dutilleux, né à Angers, avait composé ses Métaboles pour l’Orchestre de Cleveland. Il s’agit de son œuvre la plus colorée et la plus séduisante. Son auteur la qualifiait de « concerto pour orchestre ».

Pascal Rophé dirigera également La Mer qui est certainement l’œuvre la plus représentative du génie de Debussy. Symphonie aux titres évocateurs : « De l’aube à midi sur la mer »« Jeux de vagues » et « Dialogue du vent et de la mer » elle fut mal accueillie lors de sa création en 1902. Pourtant, La Mer ne tarda pas à s’imposer comme un chef-d’œuvre puisqu’elle reste, avec le Boléro de Ravel, l’œuvre française la plus jouée au monde.

 

Achat des places dans les restaurants universitaires la semaine précédent le concert, à la billetterie de l’ONPL et, sur place, le soir du concert.

 

 

Prochains concerts Familles : Le songe d’une nuit d’été

L’Orchestre National des Pays de la Loire vous interprète Le Songe d’une nuit d’été de Félix Mendelssohn avec un conteur, sur un texte original (adapté aux enfants) d’Erika Tremblay-Roy.  Le chef d’orchestre Simon Proust dirigera ses concerts.

 

L’ histoire  : Avec sa célèbre adaptation du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, Mendelssohn entraîne l’auditeur dans un voyage féérique au pays des elfes. Une idylle pourtant trompeuse où la comédie de l’amour oscille entre rêve et cauchemar. La célèbre Marche nuptiale, qui accompagne aujourd’hui tous les mariages du monde, était à l’origine destinée à celui, comique, de la reine des fées Titania avec le tisserand Bottom transformé en âne.

 

Avec le soutien de la Caisse des Dépôts.

 

La nuit Américaine

En cette fin d’année, L’ONPL vous propose un programme de musique américaineFin connaisseur de ce répertoire, le pianiste français Frank Braley mettra à l’honneur Gershwin, avec sa célèbre Rhapsody in Blue, œuvre par laquelle le compositeur fit entrer le jazz dans les salles de concert.

Comédie mythique des scènes de Broadway, le chef d’œuvre musical de Leonard Bernstein West side story a fait le tour de la planète. Tout comme le symbolique Un Américain à Paris de Gershwin qui séduit toujours avec ses mélodies jazzy et ses coups de klaxon décrivant la circulation parisienne.

À la rencontre de ces partitions universelles, le jeune chef d’orchestre Joshua Tan vous invite à fêter le Nouvel an avec cette musique festive et légendaire. Une véritable invitation au swing !

 

 

Télécharger le programme de ces concerts