La billeterie

La boutique

Bernard Cavanna

Concerto pour violon – Trois chants cruels

15 €

Deux mouvements d’une durée quasi équivalente mais fortement contrastés constituent le Concerto pour violon et orchestre de Bernard Cavanna. Ecrit entre 1996 et 1998 et dédié à la violoniste Noëmi Schindler, ce concerto fut créé à la Maison de la Radio le 13 février 1999 par la dédicataire et l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Dominique My. Bien que très loin de l’idée habituelle du concerto, où le soliste est en général « magnifié », porté ou tout du moins soutenu par l’orchestre, la partie soliste est ici singularisée et identifiable à l’être-individu (comme dans le Concerto pour violoncelle de Ligeti) et agit comme un électron libre dans un environnement hostile (l’orchestre) tout en contribuant à le déstabiliser et à générer du chaos. Ces affrontements s’expriment à travers diverses variations ou figurations qui épouseront tantôt les contours d’un mode, tantôt les contours de « blocs harmoniques ». Cela participera à la fois du virtuose et du forain, du tragique et du grotesque, de la jouissance sonore comme du trouble intérieur qui s’exprimera toujours avec pudeur.

 

Les trois chants cruels sont tirés de l’opéra La Confession impudique écrit par Bernard Cavanna d’après le célèbre roman de l’écrivain japonais J. Tanizaki. En voici l’argument principal : un mari, très vieillissant, ne peut plus satisfaire son épouse beaucoup plus jeune que lui. Il utilise toutes sortes de médications et de subterfuges pour pallier sa défaillance. Il décide de commencer un journal intime qu’il feint de cacher à sa femme. Son épouse, Ikuko, agit de même et chacun prétend ne pas lire le journal de l’autre, le fait malgré tout et sait que l’autre le sait. Par journal interposé, le mari parvient à jeter sa femme dans les bras de son futur gendre, Kimura, censé épouser leur fille unique Toshiko. Cette dernière joue d’ailleurs « l’entremetteuse » pour les amants. Ce procédé permet au mari, exité par sa jalousie, de continuer à répondre, malgré son épuisement, aux appétits de son épouse. Usé par ces excès, il succombe. Son mari mort, Ikuko achève son journal devenu inutile, et se prépare à suivre le plan de Kumura qui, pour sauver les apparences, épousera la fille Toshiko, pour cacher la réelle relation avec la mère. Dans l’adaptation réalisée par Daniel Martin, le personnage d’Ikuko apparaissait parfois en veuve, comme s’il s’agissait du dernier jour de l’histoire. Dans ces situations le personnage s’exprime alors directement au public, comme à un confident imaginaire, avec des mots simples, quotidiens, avec toute sa retenue, sa gêne, sa mauvaise foi ausii et parfois ses excès. Cela a permis à Bernard Cavanna, par la nature même du texte, d’inventer d’autres types de déclamations bien loin de ce qu’il est convenu d’appeler la «tradition française».

 

Contenu :
Concerto pour violon et orchestre, vivo, agitato 9’34
Concerto pour violon et orchestre 11’57
Trois chants cruels I 4’59
Trois chants cruels II 5’45
Trois chants cruels III 11’27

 

Enregistré à la Cité des Congrès de Nantes les 6 et 7 octobre 2000.

Orchestre national des Pays de la Loire – Noëmi Schindler, violon – Rayanne Dupuis, soprano – Hubert Soudant, direction
Année de parution : 2000