Leprest Symphonique

Cité comme « le Rimbaud du 20e siècle » par Jean d’Ormesson ou comme « l’un des plus foudroyants auteurs de chansons au ciel de la langue française » par Claude Nougaro, force est de constater qu’Allain Leprest avait le talent de réunir les contraires. Rien d’étonnant que cet immense auteur qui raconte si bien les destins ordinaires ait rêvé de se voir un jour habillé de symphonique. Ce voeu a été exaucé grâce à un CD en 2011, l’année de sa disparition. C’est animé par ce même souci de créer des passerelles entre des mondes qui se côtoient sans bien se connaître que l’ONPL a initié ce projet de Leprest Symphonique sur scène. Quatre artistes aux parcours différents et un orchestre unis par le même souci d’exigence : Clarika, Sanseverino, Cyril Mokaiesh et Romain Didier, compagnon de route d’Allain Leprest et orchestrateur de ce Leprest Symphonique. Une soirée d’émotion servie par de sublimes interprètes de la poésie d’Allain Leprest.

La Passion de Simone

Dans La Passion de Simone de Kaija Saariaho, une femme dont on ne sait rien sinon qu’elle est notre contemporaine, s’interroge sur le parcours de vie de l’écrivain et philosophe Simone Weil et se demande ce qu’elle peut retenir de cette traversée lumineuse d’une activiste qui, sans concession, s’est efforcée de vivre l’oppression et la violence dont étaient victimes ses semblables, pour mieux la comprendre et la combattre. Ce monologue, hanté par la voix pensante de Simone Weil elle-même, sera porté par l’ensemble vocal La Chambre aux échos et un orchestre de chambre qui accompagnera ces tableaux et ces méditations comme un paysage intérieur. Kaija Saariaho nous invite ici à participer à une prière agnostique autour de notre mémoire et de nos valeurs collectives. Musique dans le théâtre et théâtre dans la musique, la compositrice finlandaise mélange ici les genres avec le plus grand talent. Une œuvre forte et engagée que dirigera le chef Clément Mao-Takacs.

 

La version de chambre a été commandée et créée par La Chambre aux échos le 14 novembre 2013 au Festival Melos-Ethos (Bratislava, Slovaquie). Production La Chambre aux échos. Coproduction Music Centre Slovakia et Festival de Saint-Denis. Avec le soutien de l’Adami et de la Spedidam.

 

Texte › Amin Maalouf
Conception et réalisation › Compagnie La Chambre aux échos
Mise en scène et vidéo › Aleksi Barrière
Scénographie › Pauline Squelbut
Création lumières et régie générale › Étienne Exbrayat
Costumes › Liisa Nieminen
Administration et production › Clémentine Marin

Les ateliers de l’Orchestre / à la découverte d’une oeuvre…

LES PLANÈTES DE HOLST

L’ONPL vous propose un tour du système solaire en musique !

 

Le chef d’oeuvre de Holst… présenté par Pascal Rophé et Nicolas Dufetel

Vous êtes bien installés ? Prêts au décollage ? C’est parti pour la plus belle des odyssées musicales autour des 7 planètes de notre système solaire : Mars, Vénus, Mercure, Jupiter… ce sont les dessous d’une partition époustouflante que vous propose ici de découvrir Pascal Rophé et Nicolas Dufetel. La suite symphonique Les Planètes reste encore aujourd’hui l’oeuvre la plus populaire de Gustav Holst. C’est également l’une des oeuvres les plus marquantes du 20e siècle. Son esthétique très proche des musiques de films a fasciné bon nombre d’artistes du septième art. Des décennies plus tard, John Williams s’en est largement inspiré pour créer la musique des films Star Wars ! Pour parfaire cette découverte, l’Orchestre National des Pays de la Loire jouera des extraits de l’oeuvre.

 

Voyage symphonique au Cap-Vert – Mariana Ramos

Tempérament de feu et voix d’or, Mariana Ramos est devenue l’une des plus belles ambassadrices de la musique du Cap-Vert.

 

Chanteuse et danseuse, Mariana Ramos, de sa voix chaude et envoûtante, crée une alchimie entre la musique traditionnelle et la musique world aux influences jazzy, brésiliennes, africaines… et la danse. C’est au Cap-Vert, patrie de ses ancêtres, qu’elle trouve son inspiration. Mais elle doit probablement au Sénégal, son pays natal, cet enthousiasme et cette vigueur qui la caractérise. Généreuse, Mariana rayonne et occupe tout l’espace le temps d’un concert. Elle nous transporte vers les airs les plus endiablés de l’archipel : le cola sanjõn, la coladeira, musiques enjouées de l’île de São Vicente, le funana et le batuque, héritage des esclaves de l’île de Santiago. Au fil du spectacle, elle parvient à enflammer son auditoire, lui transmettant une partie de son feu sacré.

Créé en mai 2013 avec l’Orchestre Régional Avignon-Provence, ce Voyage symphonique au Cap-Vert transporte les auditeurs dans un univers où l’orchestre est en parfaite osmose avec Mariana Ramos et ses musiciens. Grâce au travail d’écriture de Marc-Olivier Dupin plein de nuances, de couleurs, les deux « mondes » sont présents et l’équilibre est parfait. Une quinzaine de titres issus des albums de Mariana Ramos réorchestrés par Marc-Olivier Dupin seront donnés lors de ce concert.

 

Avec l’aimable autorisation de : TSIPKA DRIPKA Édition

 

 

Téléchargez le programme détaillé de ces concerts

Prodiges

La saison 3 de Prodiges, sera enregistrée au Quai, à Angers, samedi 27 août et jeudi 1er septembre avec l’Orchestre National des Pays de la Loire, dirigé par Ariane Matiakh et Pascal Rophé.

 

Ce show exceptionnel qui est consacré aux chanteurs, danseurs et instrumentistes classiques, sera diffusé sur France 2 en décembre 2016.  Avec 4,1 millions de téléspectateurs en 2014 et 3,5 en 2015, Prodiges, produit par Shine France et présenté par Marianne James, a réussi son pari : mettre le talent et la musique classique en prime avec succès, sur France 2.

L’HISTOIRE DU SOLDAT

Avec Rodolphe Poulain (en remplacement de Eric Berger), Thierry Lopez, Pierre Rochefort, collaboration artistique Caroline Gonce, Ensemble instrumental de sept musiciens de l’Orchestre National des Pays de La Loire : Julien Szulman (violon solo), Marie-Noëlle Gleizes (contrebasse), Sabrina Moulaï (clarinette), Gaëlle Habert (basson), Maxime Fasquel (cornet solo), Jean-Sébastien Scotton (trombone), Nicolas Dunesme (percussions), Interprétation de la chorégraphie par les étudiants de l’école supérieure du CNDC (promotion 16/18), création lumière Roberto Venturi, costumes Sarah Leterrier, création vidéo Wilfried Thierry.

 

D’inspiration faustienne mais pour tous les âges, L’Histoire du Soldat d’Igor Stravinski et de Charles-Ferdinand Ramuz est un petit théâtre ambulant simple et lumineux, mêlant musique,théâtre parlé, danse et mime. Une sorte d’opéra sans chanteurs…

 

En 1914, Igor Stravinski s’installe en Suisse, quand la guerre éclate entre la France et l’Allemagne. Il rencontre le poète Charles-Ferdinand Ramuz en 1915 et quand en 1917 la révolution éclate en Russie, il comprend qu’il ne pourra plus rentrer chez lui. Il imagine alors, avec Ramuz, un spectacle coûtant moins cher qu’un opéra mais lui permettant de poursuivre ses travaux. Ramuz écrit l’histoire en s’inspirant du conte russe Le déserteur et le diable.

Cette pièce écrite pour un récitant (trois personnages : le soldat, le Diable et la princesse) et sept instrumentistes a été créée à Lausanne en 1918 et marque la naissance du théâtre musical au 20e siècle. Un soldat pauvre vend son âme (représentée par un violon) au Diable contre un livre qui prédit l’avenir. Après un séjour offert par le Diable, qui au lieu de durer trois jours durera trois ans, le soldat revient dans son village où personne ne le reconnaît. Il utilise alors le livre pour devenir riche, mais incapable d’être heureux avec sa fortune il joue aux cartes contre le Diable, et met en jeu tout son argent pour se réapproprier son violon. Malicieux, le Diable le laisse récupérer son âme et s’enfuir. Au terme de son voyage, il parvient dans un royaume où une princesse atteinte d’une grave maladie est promise en mariage par son père le Roi à qui saura la guérir. Heureux vainqueur de cette épreuve, le soldat épousera la princesse qui, malheureusement curieuse, cherchera à connaître son passé. Forcé de quitter le royaume, le soldat sera emporté par le Diable…

 

C’est à ce petit conte savamment naïf, onguent de fraîcheur, de malice et d’humour que nous convie Frédéric Bélier-Garcia, avec l’ensemble instrumental de sept musiciens de l’Orchestre National des Pays de la Loire, placés sous la direction de Dylan Corlay, et les étudiants de l’École supérieure du CND C sur une chorégraphie originale de Robert Swinston. « L’ouvrage entrelace éloquence de cirque, danses à la mode (paso-doble, tango, valse, ragtime), déguisement de pacotille. Ni cantate, ni opéra. Pas de chant… musique et récit se relaient pour raconter : l’amour, l’ambition, l’argent, la légèreté, la gravité et toutes les culbutes de la vie. Ici la musique et le théâtre font école buissonnière, s’amusant de l’usage imprévu de chaque instrument, de la causticité des timbres, des rebondissements d’un récit merveilleux et populaire. L’Histoire du Soldat est le mariage miraculeux de la virtuosité et la désinvolture qui entraîne notre âme et nos humeurs dans ses rebonds imprévisibles. »

 

Coproduction : Le Quai – CDN – Angers Pays de la Loire et Orchestre National des Pays de la Loire
Avec la participation du CNDC