Concerto

19

mar

18

mar

MOZARTIANA

La Chevrolière ● Beaufort-en-Anjou ● Fontenay-le-Comte

● Julien Szulman, violon et direction

19

mar

17:00

Terminé
La Chevrolière
Espace Culturel Le Grand Lieu

17

mar

20:30

Terminé
Beaufort-en-Anjou
Les Halles

18

mar

20:30

Terminé
Fontenay-le-Comte
Espace René Cassin

MOZARTIANA

Saison 2016/2017

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) ● Petite musique de nuit

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) ● Concerto pour violon n°5

Piotr Ilyitch Tchaikovski (1840-1893) ● Sérénade pour cordes

Julien Szulman, violon et direction

De la renaissance à la musique romantique, la sérénade traverse les siècles et offre une parenthèse légère et particulièrement appréciée des spectateurs de toutes les époques.

La serenata est destinée à être jouée dans une circonstance spéciale, le plus souvent à l’aube ou au crépuscule. Le programme exceptionnel de ce concert sera dirigé par le violoniste supersoliste de l’ONPL Julien Szulman.

Le programme de ce concert s’ouvre par deux œuvres emblématiques de la musique classique. D’abord, la délicieuse Petite musique de nuit (Eine kleine Nachtmusik) de Mozart, qui ne finit d’exhaler ses charmes. Ecrite à l’origine pour deux violons, un alto, un violoncelle et une contrebasse, cette sérénade est aujourd’hui fréquemment jouée par un ensemble à cordes. Pour son interprétation, l’Orchestre National des Pays de la Loire est en formation réduite, avec  35 musiciens sur scène. La sonorité des cordes met en valeur la ligne mélodique qui brille par sa simplicité apparente et son équilibre subtile.

On retrouvera ensuite toute la perfection du style de Mozart dans son 5ème concerto pour violon où deux hautbois et deux cors se joindront aux cordes. Le premier mouvement, allegro aperto, a une forme particulière car au cours du premier tutti, le violon solo double la partie des premiers violons, évoquant le style de la symphonie concertante. Julien Szulman, violoniste supersoliste de l’ONPL, sera l’interprète virtuose de ce concerto. Il dirigera par ailleurs l’intégralité de ce programme de son violon.

La sérénade pour cordes en ut majeur nous entrainera ensuite au cœur du romantisme russe. Tchaïkovski rend un hommage à la musique du XVIIIème siècle tel qu’il l’avait plus particulièrement étudiée dans l’œuvre de Mozart. La sérénade débute par une Pezzo in forma di sonatina (morceau en forme de sonatine) où une introduction lente précède l’Allegro moderato. L’œuvre se poursuit avec une Valse – danse chère au XIXe siècle et à Tchaïkovski – d’une grande grâce et délicatesse. Le lyrisme est également de mise dans l’Elégie, remarquable pour l’intériorité, quasi religieuse par endroits, de son discours. Enfin, le Finale permet un retour aux racines russes du musicien : après une introduction andante, résonne l’Allegro con spirito conçu à partir de thèmes populaires.